L’épreuve orale

lm_20150302_144212_fr__

RAPPELS :

→ 30mn de préparation 

→ Passage : 20 minutes réparties en 2 temps : lecture analytique de l’un des textes « analysés » du descriptif (10mn) puis entretien (10mn).

LA LECTURE ANALYTIQUE (10 pts)

Objectif : répondre de façon organisée (parties et sous-parties) à la question posée par l’examinateur en s’appuyant sur une observation précise du texte.

« L’examen oral a pour but d’évaluer la capacité du candidat à mobiliser ses connaissances. Il doit lui permettre de manifester ses compétences de lecture, d’exprimer une sensibilité et une culture personnelles, et de manifester sa maîtrise de l’expression orale ainsi que son aptitude à dialoguer avec l’examinateur » (BO)

INTRODUCTION :

1) Situer le texte :

– Présenter l’auteur (pas de biographie inutile !), l’œuvre concernée, le mouvement, le contexte historique si nécessaire…

2) Situer le texte au sein de l’œuvre : incipit /exposition, excipit / dénouement etc.

3) Dégager les caractéristiques générales du texte : sujet (thème), idée principale (thèse), registre(s), genre… (à formuler de façon naturelle, souple).

4) Dégager la problématique : rappeler la question posée par l’examinateur de façon problématisée, en renouvelant éventuellement l’expression.

5) Annoncer le plan choisi (les 2 ou 3 grands axes): être explicite !  Ne pas annoncer les sous-parties. N’hésitez pas à utiliser la première personne (à éviter à l’écrit) :  » Dans une première partie, je tâcherai de mettre en valeur tel aspect du texte… Puis, je me pencherai sur… j’analyserai.. ».

6) Lecture expressive du texte (s’entraîner sérieusement à la maison !)

DÉVELOPPEMENT :

→ Soulignez bien les articulations de votre plan : parties et sous parties. Il s’agit d’un oral : l’examinateur doit pouvoir vous suivre. Vous pourrez donc utiliser la première personne et recourir à des expressions telles que « dans un premier temps, j’analyserai … », « à présent ,… », « dans un premier axe… »…

→ Étudier précisément le texte en liant fond et forme : cf. méthode du commentaire. Citations analysées sur la forme (procédés d’écriture) et sur le fond (sens, interprétation). Une fois de plus, ne vous contentez surtout pas de l’étude des champs lexicaux ! Songez à indiquer les numéros de lignes/vers lorsque vous citez.

CONCLUSION

1. Bilan de vos axes, en lien avec la problématique.

2. Ouverture au groupement de textes ou à l’œuvre intégrale. Tâchez de développer un peu cette ouverture : vous devez suggérer à l’examinateur que vous êtes capable de développer cette nouvelle approche. Éviter les ouvertures artificielles, sous forme de questions directes.

 

L’ENTRETIEN : DIALOGUE AVEC L’EXAMINATEUR (10 points)

L’examinateur peut poser des questions sur le texte étudié puis il élargit la discussion :

→ à l’ensemble du groupement de textes ou de l’œuvre intégrale d’où le texte a été extrait : comparaison de deux textes, questions sur le mouvement concerné, sur le genre, sur un autre passage de l’oeuvre, sur l’auteur, le contexte historique…

→ aux lectures cursives, textes complémentaires et documents iconographiques de la période concernée : interdit donc « d’oublier » ces textes même s’ils ont été étudiés au mois de septembre ! (Mouvements, genres, intentions de l’auteur, biographie de l’auteur, avis personnel…).

→ à l’objet d’étude auquel se rapporte le texte : le personnage de roman du XVIIè à nos jours / le texte théâtral et sa représentation du XVIIè à nos jours / l’écriture poétique du Moyen âge à nos jours /  la question de l’Homme dans les genres de l’argumentation du XVIème siècle à nos jours..